Le travail de prononciation.

Certains morceaux demandent une grande facilité d’élocution, surtout quand on a à chanter très rapidement, en français, et dans les autres langues.
Je vous conseille donc vivement les virelangues (en anglais « tongue twisters), c’est-à-dire les exercices qui font tourner la langue.
Donc voici ici des exercices et la manière de les pratiquer.

Je vous livre ici le résultat de mes récoltes au fur et à mesure de mon travail en tant que chanteuse et aussi de mes visites sur internet. Je ne peux vous donner les adresses où j’ai trouvé ces virelangues, car au fil des ans, je les ai perdues.

A télécharger ici

Je les travaille de la manière suivante :

Première lecture pour déterminer les paragraphes. Simple, quand la phrase est courte, plus complexe quand elle est longue, surtout que parfois, elle ne veut rien dire !

Lecture tranquille à haute voix pour bien mettre le virelangue en bouche, en se centrant sur ses sensations buccales. On essaie de ressentir quelles sont les zones engagées, les lieux de contact : lèvres, langue, dents, palais. Quelle forme a l’intérieur de la bouche : grand, petit ?…
Plus on recherche l’agilité et moins la bouche sera ouverte… Ce qui explique pourquoi il est si difficile d’articuler dans les grands aigus ou la bouche doit être grande ouverte.

Lecture de plus en plus rapide. J’aime bien, quand c’est difficile, travailler avec un métronome, ça aide à garder le rythme.

Chaque fois, on fait bien les liaisons, ça augmente la difficulté !

Une fois que vous êtes bien au point, vous pouvez frimer en le faisant avec toute la famille et avec les copains.

Quelques applications dans des chansons :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.